Cogito, Victor Dixen

cogito.png

Auteur : Victor Dixen / Editions : Collection R / Nombre de pages : 544 / Prix : 19,90e

Genre : Science-fiction

Un don du ciel… Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d’Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n’importe qui en génie.

…Ou un pacte avec le diable ? Pour les vacances de printemps, Roxane s’envole pour les Îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage. Mais cette méthode expérimentale qui utilise l’intelligence artificielle pour « améliorer » la substance même de l’esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ? Demain, l’intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société.

L’ultime frontière sera notre cerveau.

monavis

Aaaah le nouveau roman de Victor Dixen ! On en a beaucoup entendu parler sur bookstagram et sur les blogs. C’est mon tour de vous donner mon avis. J’avais adoré la saga Phobos de l’auteur bien que je lui ai reproché de partir un peu trop loin dans son intrigue, surtout concernant les deux derniers tomes. J’avais hâte de découvrir ce one-shot de l’auteur et le sujet de l’intelligence artificielle m’intriguait beaucoup. Pendant mes études, j’ai dû travailler tout un semestre sur le sujet des machines dans notre société et j’étais d’autant plus curieuse de voir comment Victor Dixen allait traiter ça dans un roman young-adult. J’ai passé un bon moment avec Cogito : le fond était très intéressant, pertinent, percutant MAIS saupoudré de trop de clichés, dommage.

Dans ce roman, l’auteur nous décrit une société dans laquelle les machines et les robots ont totalement pris le pas sur l’humanité et sur le fonctionnement de l’être humain au quotidien. Énormément de gens se sont retrouvés au chômage étant donné que les robots peuvent presque tout faire. Les humains sont asservis aux machines, travaillent pour elles et finissent même le travail que les robots ne peuvent pas faire. Car oui, la technologie a ses limites et l’homme est là pour finir le sale boulot. Une critique pertinente de la société actuelle qui, même si elle n’en est pas encore là, y court et à grande vitesse. Même si dans Cogito, Victor Dixen pousse l’idée des robots et de l’intelligence artificielle à son maximum, on ne peut nier, et c’est bien malheureux, que nous nous dirigeons petit à petit vers ce genre de système où les machines prennent de plus en plus de place dans notre quotidien. Flippant non ?

La famille de Roxane ne se porte pas bien et la jeune fille enchaîne les bêtises. Elle décide, sans prévenir son père, de postuler pour participer à un stage de programmation neuronale. Pour faire simple : pendant une semaine, toutes les nuits, on vous balance de nouvelles connaissances dans le cerveau et vous vous réveillez chaque matin un peu plus intelligent que la veille. Encore mieux : on vous transfère les talents de votre choix, si bien que vous vous retrouvez bilingue du jour au lendemain. Le rêve non ? Bah, plutôt le cauchemar moi je dirais. Roxane va d’ailleurs vite se rendre compte qu’on ne lui a peut-être pas tout dit sur les risques que peut engendrer un tel système sur le cerveau humain et sur l’avenir de l’humanité en général.

Le roman commence et nous suivons Roxane et les autres adolescents présents pour suivre ce stage. Au départ, tout paraît idyllique. L’île où ils vivent est paradisiaque et vous pouvez absolument TOUT faire et ce, sans efforts. Mais plus les jours passent, plus il se passe des choses étranges dont je ne parlerai pas pour ne pas vous spoiler, mais je peux vous garantir que la deuxième partie du roman est beaucoup moins drôle. Tout devient sombre et les machines semblent soudain s’éveiller, mais pas sous la forme qu’on aurait imaginée au départ. La frontière entre robots et humains se brouille. Les deux se lient parfaitement tout en étant à l’opposé et Victor Dixen agrémente toute sa réflexion avec de nombreuses références philosophiques tout à fait pertinentes. J’ai beaucoup aimé l’aspect réflexif de ce roman et  la façon dont cela nous pousse à nous poser des questions sur l’avenir de notre société.

Le bilan est plutôt positif. Mais malgré tout cela, Victor Dixen (comme dans Phobos) ne peut s’empêcher de pousser le vice si loin, qu’on a tendance à penser que tout perd en crédibilité. Pousser une idée à son maximum est un parti pris qui peut déplaire à certains et j’avoue que parfois je me disais « ohlala mais ça part dans tous les sens là !« . Heureusement, ce sentiment ne gâche en rien le sujet de fond du roman. Le point le plus négatif à mon sens, ce sont les personnages. Alors oui, c’est du young-adult. Mais pourquoi nous proposer des personnages aussi clichés ?! Tout y passe : le mec un peu timide et paumé, la fille riche et populaire, le geek etc… Je regrette cet aspect de Cogito qui méritait des personnages plus vrais, plus proches de notre réalité comme l’est le sujet principal du roman. J’ai eu énormément de mal avec l’héroïne Roxane qui me sortait par les yeux !

J’ai vu que Cogito n’avait pas plu à tout le monde et je peux le comprendre. Malgré les points négatifs cités précédemment, j’ai quand même trouvé que le fond du roman restait en premier plan tout au long de ma lecture. J’avais peur que l’auteur se perde dans des futilités mais il a su rester focus sur son objectif et sur le message qu’il voulait faire passer. Une réflexion pertinente sur l’avenir de notre société baignée dans la technologie qui ne cesse de se développer et qui pourrait, à terme, devenir un vrai danger pour l’humanité.

troisieme

5 commentaires sur « Cogito, Victor Dixen »

  1. La critique est effectivement très intéressante et actuelle… Comme tu le dis, on n’en est pas encore là, mais on n’en est pas loin… Surtout la 2eme partie qui est hyper sombre et haletante.
    Pour les personnages, c’est vrai qu’ils sont un peu clichés, même si certains finissent par se développer par la suite… Mais pas tous. :/
    En tout cas, je suis contente que tu aies apprécié cette lecture.^^

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s