Lames Vives, T1 Obédience, Ariel Holzl

lames.png

Auteur : Ariel Holzl / Editions : Mnémos  / Nombre de pages : 332 / Prix : 17e

Genre : Non Identifié

Le vif-argent coule dans leurs veines. Les esclaves sont devenus les maîtres. La République d’Obédience est née.

Six destins se croisent et se brisent comme des chaînes dans ce roman aux personnages complexes et humains. Un récit d’aventure puissant, poignant et addictif sur la liberté et la lutte pour ses idéaux.

monavis

Je tiens à remercier les éditions Mnémos de m’avoir proposé de découvrir le tout dernier roman d’Ariel Holzl. Encore une fois, l’auteur nous offre un récit unique et singulier comme il avait pu le faire avec Les sœurs Carmines. Mais cette fois, ça va encore plus loin. Ariel Holzl ose mélanger les styles. Nous nous retrouvons alors devant un ovni littéraire qui touche à la fantasy, à la dystopie, avec une pointe de fantastique… ? Le tout dans un univers complexe et plutôt fascinant. Bref, encore un moment de lecture pas comme les autres avec Lames Vives.

Je pense que je ne vais pas me risquer à vous faire un résumé de cette histoire que j’ai trouvé bien trop complexe pour pouvoir lui rendre justice. Ce que je peux vous dire, c’est que l’univers est sombre, violent, brutal. Un univers qui oppose différents peuples et différentes classes qui, tous autant qu’ils sont, ne sont pas prêts à baisser les armes. Ariel Holzl ne prend pas de gants dans ce récit qui n’épargne pas les nombreux personnages que l’on va rencontrer. Ce premier tome est forcément introductif. Quand on imagine un univers pareil, il faut prendre le temps de l’installer correctement et en prenant son temps. Malgré ça, je peux vous assurer qu’il n’est pas simple de saisir cet univers dans son entièreté. Si je devais trouver un point négatif concernant Lames Vives, justement, c’est sa complexité. J’ai d’ailleurs pu en parler à Ariel Holzl au salon du livre de Montreuil. J’avoue avoir eu beaucoup de mal à visualiser ce qu’il voulait me décrire. Je me demande si cela vient d’un problème de description trop floue et pas assez détaillée de l’univers ou si c’est moi qui suis passée à côté de quelque-chose durant ma lecture.

Je vous rassure, cela n’a pas gâché ma lecture de ce roman car j’ai quand même su apprécier l’univers et malgré ce tome introductif, rassurez-vous, le récit ne manque pas d’action (j’ai pu voir des gens dire le contraire et je ne suis pas forcément d’accord). De l’action façon combat de ninjas d’ailleurs et j’avoue que j’adore ça ! Parlons des personnages, ils sont assez nombreux. J’ai adoré l’alternance des points de vue de chapitre en chapitre. On apprend à les découvrir un par un, tous si différents. Entre richesse et pauvreté, l’auteur nous dévoile des personnages de tous les horizons que cet univers peut nous offrir. Un univers où l’opulence et la misère se côtoient de près sans jamais vraiment se regarder. J’ai adoré Ellinore que l’on pense d’abord fragile alors qu’il n’en est rien. J’ai eu un coup de cœur pour deux personnages : Gryff et Saabr que j’ai trouvé tellement badass chacun à leur manière. Si l’univers n’est pas facilement accessible, les caractères variés de chacun des personnages a su combler ce manque que j’avais peut-être au niveau des descriptions.

Chaque personnage appartient à une catégorie différente : les Muedins dont font partis deux personnages qui sont ce que l’on appelle des Lames qui servent la République en tuant quiconque se dresse sur leur chemin, les Magnites qui possèdent le pouvoir de télékinésie, les Empathes capables de savoir ce que quelqu’un ressent grâce à un simple toucher… Bien-sûr, une hiérarchie existe entre tous ces personnages et si certains veulent affirmer leur puissance, d’autres veulent se libérer… Bref, l’auteur nous offre un panel de personnages complet et intéressant. C’est ce qui m’a le plus plu dans ce roman.

Ariel Holzl fait parti des auteurs qui savent imposer leurs styles et leurs voix dans une masse de livre young-adult qui souffre parfois de manque d’originalité. En nous offrant un univers oriental mêlant fantasy et dystopie, l’auteur nous montre encore une fois que son imagination est loin de nous avoir tout révélé et c’est pour ces raisons que je vous conseille vraiment de découvrir Lames Vives.

troisieme

Un commentaire sur « Lames Vives, T1 Obédience, Ariel Holzl »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s