Entretien avec la nuit, Terry Tremblay

tramblayAuteur : Terry Tremblay

Éditions : Jourdan

Nombre de pages : 239

Prix : 18,90e

Genre : Historique

 

Dans une pièce sombre, alors qu’une horde de journalistes attend dehors, un ancien soldat de la 2e Division « Das Reich » âgé de 95 ans, s’entretient avec son avocat.

Il va lui dévoiler ses peines de jeunesse, la violence de son père et l’endoctrinement antisémite dans les Jeunesses hitlériennes qui ont construit le monstre abominable qu’il a été pendant la guerre. En effet, pour fuir un foyer brutal, son incorporation volontaire au sein de l’Ordre SS et, à 20 ans, son engagement dans les Waffen SS lui furent salvateurs, mais vont inexorablement bouleverser sa vie.

Un discours violent, un entretien dangereux, un huis clos prenant.

monavis

Avant tout, merci à la masse critique Babelio et aux éditions Jourdan pour l’envoi de ce roman qui restera gravé dans ma mémoire.

Cette chronique est certainement la plus compliquée que j’ai eu à écrire jusqu’à maintenant. J’ai été traversée par plusieurs émotions durant cette douloureuse lecture. La tristesse, l’injustice, la colère. Comment rester de marbre face à un discours qui prône la haine ?

Soixante-dix ans après les faits, un ancien soldat SS va être jugé pour crime contre l’humanité. Il s’agira uniquement d’un dialogue entre lui et son avocat pendant ces 239 pages. Pas de chapitres, seulement un dialogue relatant les souvenirs de guerre d’un homme sans pitié qui, soumis aux ordres d’un fou, a commis des actes innommables. C’est un huis clos plus qu’oppressant. 239 pages ce n’est pas grand chose. Et pourtant… plusieurs fois j’ai dû faire une pause dans ma lecture tant elle était difficile. Dans ce bureau sombre, l’avocat qui doit défendre ce vieil homme, écoute son histoire. Un retour dans le passé, ce passé qui a fait tant de morts, tant de dégâts lors de la Seconde Guerre mondiale. Des innocents, des femmes, des enfants, tous exécutés au nom de quoi ? Même cet ancien soldat n’a pas l’air de le savoir ne cessant de répéter « j’exécutais les ordres« , n’assumant jamais ses actes en tant qu’homme, en tant qu’être humain à part entière.

L’ancien soldat nous dit tout, de son enfance volée par un père d’une extrême violence jusqu’à son arrivée au sein des Jeunesses hitlériennes. Soldat très dévoué et obéissant, il nous raconte comment il a grimpé les échelons qui l’ont mené à prendre le commandement du camp d’extermination de Chelmno et à ensuite intégrer l’Ordre SS et les Waffen SS. Nous suivons le cours de son histoire dans l’armée allemande et leurs tentatives d’occupation de l’Europe que ce soit en France, en Yougoslavie jusqu’à la prise de Moscou ainsi que l’enfer de Stalingrad. Des populations décimées, des milliers de civils tués lors de ces affrontements atroces.

Même s’il m’est arrivé parfois de croire que cet homme témoignait certains regrets, finalement, il n’en est rien. Ne vous méprenez pas, n’ayez pas pitié de lui. C’est avec un calme déconcertant qu’il raconte tout dans les moindres détails. Nous lecteurs, assistons donc indignés aux descriptions épouvantables des massacres, des exécutions et des tortures qu’on subit tous ces pauvres gens. Le fonctionnement des camps de concentration est également décrit en détails. Une horreur absolue dépeinte sans concessions nous montrant le pire dont l’être humain est capable. Ce discours plus que violent m’a choqué, m’a mise en colère. Certaines phrases prononcées par cet ancien soldat sont aberrantes.

 » Quand j’ai, pour la première fois, interrompu la vie d’un homme, ce fut comme lorsque j’ai fait l’amour pour la première fois. Initialement, j’ai éprouvé un mélange d’angoisse et d’adrénaline. L’effet ressenti à l’instant où j’ai tué le second fut troublant, presque terrorisant, et pour les suivants, j’ai réellement pris mon pied, c’était jouissif !  »

L’avocat tente de garder son calme, d’être objectif, mais même lui n’y parvient pas. Comment ne pas être indigné par ce message de haine ?

En ce qui concerne le récit en lui même, l’écriture de l’auteur est percutante, forte. Cet entretien sans chapitres nous plonge vraiment dans une ambiance plus qu’étouffante, à la limite du supportable. Petit bémol néanmoins, certains passages étaient un peu trop « récités » comme si nous assistions à un cours d’Histoire bien organisé.

Les horreurs de la Seconde Guerre mondiale ont tant de fois été racontées, dans de nombreux livres. Mais ici, avoir le point de vue d’un ancien soldat dévoué à Hitler rend ce récit tout à fait singulier et d’autant plus effroyable. Attention aux âmes sensibles pour la lecture d’Entretien avec la nuit.

A quelques lignes de la fin du récit, je m’attendais à ce qui allait se passer. Ce final peut-être interprété de différentes façons.

Bien que ce fut le livre le plus difficile qui m’a été donné de lire, j’ai aimé ce roman coup de poing, qui part sa violence inouïe, nous fait prendre conscience des atrocités qui ont eu lieu lors de cette période sombre de l’Histoire. Un roman que je n’oublierai pas de sitôt et qui me hante encore quelques jours après l’avoir refermé.

manote

16 / 20

Publicités

5 commentaires sur « Entretien avec la nuit, Terry Tremblay »

  1. Un roman un peu « choc » mais qui doit être vraiment intéressant pour se retrouver dans la tête de ceux qui ont pu commettre de telles erreurs … Déjà rien qu’avec ta chronique j’ai eu des frissons alors je n’imagine même avec ce que donnerait le livre ^^ En tout cas c’est une période qui m’a toujours beaucoup intéressé donc c’est un roman qui pourrait être intéressant à lire

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s