Le doute, SK Tremayne

doute

Auteur : S.K Tremayne

Éditions : Presses de la cité

Nombre de pages : 380

Prix : 21e

Genre : Thriller psychologique

 

L’une des filles jumelles de Sarah est morte. Mais laquelle ?

Un an après le décès accidentel de Lydia, l’une de leurs filles jumelles, Angus et Sarah Moorcroft quittent Londres pour oublier le drame. Ils s’installent sur une petite île écossaise, qu’ils ont héritée de la grand-mère d’Angus, au large de Skye.

Mais l’emménagement ne se passe pas aussi bien que prévu. Le comportement de Kirstie, leur fille survivante, devient étrange : elle se met à affirmer qu’elle est en réalité Lydia. Alors qu’un brouillard glacial enveloppe l’île, l’angoisse va grandissant … que s’est-il vraiment passé en ce jour fatidique où l’une des deux sœurs a trouvé la mort ?

monavis

Moi qui voulais enfin me mettre à lire des thrillers, c’est chose faite avec Le doute. Il s’agit de mon tout premier livre de ce genre, et je pense que ce ne sera pas le dernier. J’ai lu ce livre presque d’une traite, incapable de m’arrêter. J’avais bien trop hâte de connaître la fin. Bref, j’ai passé un très bon moment de lecture.

Sarah et Angus, un couple d’une trentaine d’année vivant à Londres, ont du mal à se relever du drame qui a frappé leur famille. Parents de deux petites jumelles monozygotes (c’est-à-dire, identiques l’une et l’autre) Lydia et Kirstie, leur vie bascule le jour où l’une d’elle, Lydia, décède après une chute du haut d’un balcon. L’action du livre se déroule un peu plus d’un an après ce drame. Sarah, Angus et leur petite fille Kirstie, tentent tant bien que mal de continuer à vivre normalement. Ayant hérité d’une île retirée de tout au large de Skye en Écosse par la grand-mère d’Angus, ils décident d’y emménager pour fuir le passé et se reconstruire en recommençant leur vie à zéro, dans un nouvel endroit. Sauf qu’un jour, la petit Kirstie pose une question étrange à sa mère :  » maman, pourquoi tu m’appelles tout le temps Kirstie ? Moi c’est Lydia. »

A partir du moment où cette question est posée, l’intrigue démarre. La mère, Sarah, est complètement bouleversée après la révélation de sa fille, et se met à se poser tellement de questions que nous même lecteurs, ne savons plus quoi penser. Est-il possible que pendant tout ce temps, les parents de Kirstie se soient trompés sur l’identité de leur fille ? Ou alors est-ce-que c’est Kirstie elle-même qui est perdue, et qui, pour faire revivre sa sœur, prendrait son identité volontairement ? Peut-être Kirstie ne sait-elle plus qui elle est vraiment, puisque rien ne pouvait différencier ces deux jumelles ? Tant de questions que Sarah se posent, ainsi que moi. Pendant ma lecture, je tentais de trouver une explication, mon explication. La souffrance de la mère, et les questionnements présents dans sa tête étaient tels que je ressentais pleinement la peine de Sarah. Elle ne cesse jamais de penser, de réfléchir, de trouver des réponses, et j’étais aussi perdue qu’elle.

Bien que nous suivons majoritairement le point de vue de Sarah, celui d’Angus apparaît plusieurs fois. Et j’ai beaucoup aimé connaître les ressentis du père également. C’est en suivant le point de vue de la mère mais aussi du père que nous nous rendons compte de l’immense fossé qui sépare ce couple. Entre reproches et mensonges, tous ces non-dits sont en train de les détruire petit à petit. Dès les premières lignes du point de vue d’Angus, quelque-chose me dérangeait chez ce père qui semblait complètement extérieur à tout ce que ressentait Sarah. Totalement passif, il m’a tout de suite semblé étrange, comme s’il savait quelque-chose que Sarah, et nous lecteurs, ignorons.

Le thème de la gémellité est un thème qui m’intéresse, et j’ai trouvé que l’auteur l’avait plutôt bien traité. Il est bien connu que plusieurs phénomènes assez étranges se produisent chez les jumeaux monozygotes, ces jumeaux que rien ne peut différencier physiquement. Lorsque S.K Tremayne nous décrit la relation qu’avaient Lydia et Kirstie, nous ressentons parfaitement ce lien unique qui les unissait au point qu’elles se mettaient à rire en même temps pour une raison inconnue alors qu’elles ne se trouvaient pas dans la même pièce, ou qu’elles marchaient de la même façon sans même se regarder. Alors qui a réellement survécu ? Lydia ou Kirstie ?

Ajoutez à cette histoire une ambiance glaciale sur une île loin de tout, où des énormes tempêtes font claquer les portes et où l’océan se déchaîne autour de la maison et vous serez totalement mal à l’aise, comme moi j’ai pu l’être parfois. Certaines scènes m’ont fait froid dans le dos. Mais sachez que j’ai peur pour un rien et que c’est mon premier thriller. Les grands amateurs du genre trouveraient peut-être ces scènes toutes sauf angoissantes. Ahah

La révélation finale.. je ne sais quoi en penser. Je ne suis pas déçue, mais je ne suis pas surprise non plus. La fin de cette histoire reste plutôt crédible et ne part dans des explications complètement folles et hallucinantes, ce qui est également une bonne chose je trouve. Le doute ne doit sûrement pas être le meilleur des thrillers psychologiques, mais en tant que premier thriller, il a totalement rempli son rôle pour moi. Je me suis retrouvée angoissée, mal à l’aise, dans le doute tout du long et c’est amplement suffisant pour avoir fait de ce livre une excellente lecture.

manote

16 / 20

Publicités

13 commentaires sur « Le doute, SK Tremayne »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s