Marion, 13 ans pour toujours

screenshot_2016-10-19-21-16-34Auteur : Nora Fraisse

Édition : Le livre de poche

Nombre de pages : 183

Prix : 6,30e

Genre : Témoignage

 

Marion, ma fille, le 13 février 2013, tu t’es suicidée à 13 ans, en te pendant à un foulard, dans ta chambre. Sous ton lit en hauteur, on a trouvé ton téléphone portable, attaché au bout d’un fil, pendu lui aussi pour couper symboliquement la parole à ceux qui, au collège, te torturaient à coups d’insultes et de menaces. J’écris ce livre pour te rendre hommage, pour dire ma nostalgie d’un futur que tu ne partageras pas avec moi, avec nous. J’écris ce livre pour que chacun tire les leçons de ta mort.

A travers l’histoire de sa fille, Nora Fraisse veut combattre le fléau qu’est le harcèlement scolaire : il touche un élève sur dix en France, soit 1,3 million d’enfants. Elle a également créé l’association Marion Fraisse – La main tendue et écrit le guide Stop au harcèlement! (Calmann-Lévy, 2015).

monavis

Que dire après une lecture comme celle-ci ? Pour moi, il n’y a aucun jugement à avoir sur ce livre concernant les détails de l’écriture, du rythme ou du style. Je pense que le but de Nora Fraisse est de sensibiliser tout le monde et en particulier les parents et les enfants sur le fléau qu’est le harcèlement scolaire.

C’est avec beaucoup d’émotion que Nora Fraisse nous livre son histoire. En 2013, sa fille Marion, s’est suicidée par pendaison dans sa chambre à l’âge de 13 ans. D’abord dans l’incompréhension du geste de sa fille, c’est en menant sa propre enquête que Nora se rend compte que Marion était victime de ce que l’on appelle le harcèlement scolaire. Les insultes, les moqueries, les menaces, les humiliations que Marion subissait par ses camarades de collège ont  fini par lui pourrir la vie, elle ne pouvait plus le supporter et c’est dans une lettre déchirante que Marion explique qui la torturait et ce qu’elle devait supporter chaque jours à l’école. Et le calvaire de Marion était loin d’être terminé une fois rentrée chez elle. Les jeunes, les enfants sont souvent impitoyables entre eux, mais encore plus depuis l’arrivée des réseaux sociaux qui sont devenus des moyens de pression, des espaces dangereux.

«  Internet, c’est comme la voiture. Certain, si tu leur mets un volant entre les mains, deviennent fous et s’en servent comme d’une arme. « 

Le harcèlement scolaire est un sujet qui me touche particulièrement. Et ma lecture a été souvent difficile, je ne supportais pas de lire ces mots, ces mots adressés à cette jeune fille qui n’avait rien demandé et qui sous prétexte d’être une « intello », se faisait lyncher par des espèces de pré-ado se sentant tout puissants.

 » Il faut dénoncer les harceleurs, les mettre hors jeu. À quoi ça rime de prendre un garçon ou une fille pour souffre-douleur et de s’acharner contre cet élève, de se gaver de sensations fortes sur son dos, de ne plus le lâcher ? Où est le plaisir ? Le plaisir de marquer son territoire, comme des chiens ? Le plaisir de se sentir puissant, plus fort que les autres ? À quatre ou cinq contre un ou une, ce n’est pas sorcier de se sentir fort. Mais c’est une illusion. Car en fait, c’est le contraire, un gros aveu de faiblesse, une terrible preuve de lâcheté individuelle. « 

Un autre point dans ce témoignage est important, et m’a énormément choqué. La façon dont réagit la direction de l’établissement après le drame, la manière dont son traités les parents par ce principal qui fait preuve d’une extrême lâcheté, par les journalistes ne cherchant qu’à faire le meilleur article ou le meilleur reportage à la télévision ou dans les journaux, sans même demander l’avis des parents de Marion. Il y a eux, mais il y a aussi les gens de leur village, leur voisinage qui leur tourne le dos, qui baisse la tête, qui chuchote lorsqu’ils aperçoivent Nora Fraisse dans la rue. Cette volonté du principal du collège de Marion d’étouffer l’affaire, d’en parler le moins possible et de convaincre les enseignants de ne pas entrer en contact avec la famille m’a purement dégoûté. (Je suis désolée car cette chronique ne sera pas forcément rose). Comment rester de marbre face à un témoignage aussi bouleversant ? Comment ne pas s’indigner en constatant que les fautifs accablent les parents et n’assument en aucun cas leurs responsabilités ? On ne peut s’empêcher de se demander si les enfants sont réellement en sécurité en allant à l’école. Alors oui, bien-sûr, certains établissements sont composés de directeurs et d’équipes formidables, mais ce n’est pas le cas de toutes les écoles comme nous pouvons le constater grâce à ce témoignage.

 » Ce n’est pas à l’élève de briser la loi du silence, tu le sais, toi, Marion. C’est à l’adulte d’intervenir et de clamer : « C’est interdit ! Tolérance zéro ! » L’hypocrisie mine ces invitations maladroites à la prise de conscience collective. Ton père et moi, nous avons brisé la loi du silence. Le système scolaire nous a répliqué : « Dégagez, laissez-nous travailler, fichez-nous la paix. »  »

En plus de nous raconter sa tragique histoire, Nora Fraisse en appelle aussi au ministère de l’Éducation et au président de la république. Elle demande de l’aide, des solutions à ce problème qui tue (et plus souvent qu’on ne le pense) de jeune enfants, qui, se sentant honteux, n’osent pas en parler. « Comment peut-on se réjouir de ces 86% de satisfaits quand cela signifie que 14% des élèves ne se sentent pas en sécurité ? 14%, si je ne me trompe pas, c’est 1,7 millions d’enfants. « 

Elle a d’ailleurs fondé sa propre association  » Marion Fraisse – La main tendue » et a fait du harcèlement scolaire son combat. Au delà de la prévention, des solutions concrètes doivent être trouvées. La volonté inébranlable de Nora Fraisse pour enfin faire éclater la vérité ne fait que renforcer mon respect et mon admiration pour elle.

Ce livre devrait être lu par tous les parents, mais également par leurs enfants. Il doit faire office d’électrochoc, de prise de conscience. Comme il est écrit sur la couverture du livre  » le harcèlement scolaire tue  » et il serait temps de faire bouger les choses, d’une manière ou d’une autre. Lisez ce livre, il est essentiel.

Récemment, une adaptation de l’histoire de Marion a été faite. Juste après ma lecture, j’ai regardé ce film que j’ai trouvé très bien réalisé et avec des acteurs très bons, je pense spécialement à l’actrice qui joue Marion, que j’ai trouvé excellente. La bande annonce est ICI. Je vous laisse également le lien de la page Facebook dédiée à l’association ICI.

Je ne note pas ce livre, pour moi il n’a pas à être noté mais simplement à être lu 🙂

Publicités

5 commentaires sur « Marion, 13 ans pour toujours »

  1. Tout d’abord, bravo pour cette chronique. Je ne parvenais pas à poser les mots sur cette lecture que je trouve, comme toi, essentielle et à partager aux parents et enfants. Je suis d’ailleurs ravie de voir que certaines écoles le mettent en lecture scolaire d’ailleurs! Ce n’est pas un livre à analyser sur le style ou l’écriture, comme tu le dis, mais un livre à lire pour le propos, pour Marion et pour sa famille et pour comprendre l’horreur du harcèlement.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ! Et merci d’avoir pris le temps de venir la lire et de la commenter ça fait vraiment plaisir 🙂 Ah je ne savais pas que certaines écoles le mettait en lecture scolaire, c’est super !

      J'aime

  2. Très bonne critique en effet ;). Ce témoignage est dans ma wishlist car c’est un sujet d’actualité grave qui m’indigne et m’attriste beaucoup. Heureuse d’apprendre par Yuyine que certaines écoles le font lire à leurs élèves ! Je pense que c’est une bonne prévention.

    Aimé par 1 personne

  3. Très bonne critique. J’ai une peur bleue à lire ce genre d’ouvrages qui ont tendance à me toucher et à me rappeler de mauvais souvenirs mais celui-ci à l’air de traiter le sujet d’une façon multiple et ça me tente. Merci pour ce partage ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s