Notre Dame de Paris

notrdameAuteur : Victor Hugo

Édition : Le livre de poche

Nombre de pages : 654

Genre : Classique, Romantique, Gothique

 

Victor Hugo, dans ce célèbre roman, évoque un Moyen Age pittoresque représentatif de la passion des romantiques pour le « gothique », dont l’auteur deviendra désormais le chef incontesté.

Par de saisissantes fresques de la Cour des Miracles, Victor Hugo ressuscite le peuple du Paris de Louis XI qui gravitait autour de Notre-Dame, monde architectural et religieux, opposant ainsi sans cesse le sublime au grotesque.

Cette puissante antithèse se confirme encore dans les principaux personnages, illustrant la fatalité des passions : le Mal, le prêtre Frollo, le Bien, le monstre Quasimodo et la Victime, la belle Esméralda.

monavis

A la base, je pensais que les classiques, ce n’était pas mon truc. Pas parce que je n’aimais pas, mais parce que je ne connaissais pas vraiment. J’ai alors décidé de remédier à cela, et à commencer à lire quelques classiques. J’avais un vague souvenir des Misérables de Victor Hugo, que j’avais lu (pas en entier) lorsque j’étais au collège il me semble, et j’en ai gardé un bon souvenir. C’est pour cela que je me suis tournée vers un des romans d’Hugo pour commencer mon aventure « classiques ». De plus, l’histoire Notre-Dame de Paris m’a toujours intéressé et intrigué. Je pense que nous connaissons tous cette histoire à travers le dessin animé de Walt Disney, qui croyez-moi, n’a rien à voir avec l’œuvre originale de Victor Hugo. Bref, pour tout vous dire, et j’en suis moi même étonnée, j’ai adoré Notre-Dame de Paris.

Quelle écriture que celle de Victor Hugo ! C’est juste un plaisir de le lire. Et n’ayez pas peur, sa plume est tout à fait accessible à tous. C’est ce dont j’avais peur personnellement. Quand nous pensons aux livres classiques nous nous disons directement que l’on ne va rien comprendre, que l’écriture de l’auteur sera trop compliquée et trop ancienne etc. Ce n’est pas le cas avec Victor Hugo je trouve. Alors oui, quelques mots et quelques passages peuvent paraître un peu compliqués, mais ça n’a en aucun cas gêné ma lecture. Alors si vous craignez pour le style d’écriture, n’hésitez plus et foncez !

L’histoire dans son entièreté et juste passionnante. Les personnages sont très très intéressants. Nous avons Quasimodo bien-sûr, cet exclu de la société à cause de sa laideur. Quasimodo est un personnage finalement pas énormément présent tout au long du roman, ce qui m’a étonné, mais il m’a beaucoup touché par sa bonté de cœur et d’âme. La Esmeralda que nous connaissons de la version Disney et qui apparaissait comme une femme forte et n’ayant peur de rien est plutôt l’inverse dans l’œuvre de Victor Hugo. C’est une jeune fille de 16 ans éprise de liberté, mais également une jeune femme plutôt naïve, rêveuse et romantique, amoureuse éperdue de ce fameux Phoebus, qui croyez-moi, est loin d’être le jeune homme parfait. Je le qualifierais même de « goujat », comme on dit. Mais mon personnage préféré a été l’archidiacre Dom Claude Frollo. Ce personnage est d’une noirceur incroyable, ses démons intérieurs et sa passion interdite pour Esmeralda le consume et le détruit. Ce prêtre qui avait juré de consacrer sa vie à Dieu et qui se retrouve follement amoureux de « l’égyptienne » comme il l’appelle, doit lutter contre ses désirs profonds de posséder cette dernière, ce qui a donné des passages très prenants que j’ai adoré dans ce livre. Ses pensées intimes sont si fortes, ça m’a scotché à certains moments. C’est un personnage qui malgré sa noirceur d’âme, m’a quand même touché et que l’on peut tout de même comprendre d’une certaine manière. Moi qui pensais que l’histoire se concentrerait majoritairement sur ces quatre personnages et bien j’avais tort, car nous suivons d’autres personnages qui ont leur importance. Je pense notamment à Gringoire qui m’a fait pas mal rire durant ma lecture.

Évidemment, le « personnage » le plus important de cette histoire reste quand même Notre-Dame, cette cathédrale que Victor Hugo nous décrit à merveille. C’est autour de ce grand monument que toutes les intrigues vont et viennent tout au long du roman. Elle est le centre de toutes les péripéties, elle est là, grande, majestueuse, témoin de cette tragédie qu’est finalement cette histoire.

Je dois dire que l’art et l’architecture sont deux sujets majeurs du roman. Victor Hugo étant passionné d’histoire et d’art, nous livre énormément de descriptions de monuments tout au long du récit. Alors si vous n’êtes ni amateur d’art ou d’architecture, ni friand des longues descriptions, certains passage du livre seront des moments difficiles à passer pour vous, mais s’il vous plait, ne vous arrêtez pas pour autant de continuer votre lecture, car une fois ces chapitres passés, l’histoire est passionnante. Je dis chapitres, car deux chapitres sont consacrés à la description des monuments et à la description du Paris du 15eme siècle.

Notre-Dame de Paris est une œuvre séparée en onze livres à l’intérieur du roman. J’ai trouvé certains chapitres super intéressants, notamment celui qui parle de l’arrivée de l’imprimerie. Invention énorme qui a permis à tous les hommes de pouvoir répandre leurs idées, leurs pensées sur papier. Victor Hugo fait donc un lien entre l’architecture et l’imprimerie, disant que la construction des monuments était la façon qu’avait les hommes de s’exprimer, et que depuis l’arrivée de l’imprimerie et de la presse, l’architecture est morte, qu’elle n’a plus autant de sens qu’avant. J’ai adoré ce chapitre, qui fait pas mal réfléchir !

Il y a un autre message qu’a voulu véhiculer l’auteur et que j’ai adoré. Et ce message est que, finalement, ce qui est beau à l’extérieur est tout l’inverse à l’intérieur. Que ce qui est laid dehors est magnifique dedans. Et par ceci, je parle de Phoebus, bel homme certes, mais dépourvu de sentiments et de pitié, qui va de femmes en femmes sans jamais les aimer. Puis Quasimodo, cet être dont tout le monde rit car il est difforme, mais qui fait preuve d’une générosité absolue et d’une protection extraordinaire envers Esmeralda. Qui pourrait détester le personnage de Quasimodo ? Personne je l’espère.

Seul petit bémol durant ma lecture, ce sont les nombreux passages en latin et non traduits dans l’édition que j’ai trouvé de mon livre. Je pense que cela dépend de l’édition, mais la mienne étant ancienne, je n’avais aucune traduction des textes latins, dommage.

Pour conclure, je dirai que ma lecture de Notre-Dame de Paris peut être qualifiée de coup de cœur, tant la profondeur des personnages m’a plu, et tant les descriptions de l’auteur sont immersives. Une histoire d’amour tragique avec quatre personnages, qui tous ont un lien particulier entre eux. Une œuvre à lire absolument, et que j’aurais dû lire depuis longtemps déjà.

CITATIONS :

 » C’est que l’amour est comme un arbre, il pousse de lui-même, jette profondément ses racines dans tout notre être, et continue de verdoyer sur un cœur en ruine. »

 » Ne regarde pas la figure. Jeune fille, regarde le cœur. Le cœur d’un beau jeune homme est souvent difforme. Il y a des cœurs où l’amour ne se conserve pas. « 

 » Mais une ville comme Paris est dans une crue perpétuelle. Il n’y a que ces villes-là qui deviennent capitales. Ce sont des entonnoirs où viennent aboutir tous les versants géographiques, politiques, moraux, intellectuels d’un pays, toutes les pentes naturelles d’un peuple; des puits de civilisation, pour ainsi dire, et aussi des égouts, où commerce, industrie, intelligence, population, tout ce qui est sève, tout ce qui est vie, tout ce qui est âme dans une nation, filtre et s’amasse sans cesse, goutte à goutte, siècle à siècle. « 

« L’excès de la douleur, comme l’excès de la joie, est une chose violente qui dure peu. Le cœur de l’homme ne peut rester longtemps dans une extrémité. « 

manote

4,5/5

 

Publicités

7 commentaires sur « Notre Dame de Paris »

  1. Ta chronique me donne envie de donner une seconde chance aux livres de Victor Hugo. J’avais pas vraiment aimé Les Misérables. Bizarrement je pense que je vais aimer Notre-Dame de Paris et découvrir les personnages autre que ceux de Disney.

    Aimé par 1 personne

    1. Ah tu n’as pas aimé Les Misérables ? Je comptais les lire très prochainement. Je n’en ai qu’un vague souvenir :/ Mais oui j’ai beaucoup aimé Notre-Dame de Paris, et c’est marrant de voir à quel point la version Disney n’a rien à voir avec le roman !

      Aimé par 1 personne

  2. Pour ma part, j’ai découvert l’histoire de Notre Dame de Paris avec la comédie musicale (dont j’étais très fan à l’époque) ^^ mais c’est vrai que ce serait intéressant de découvrir l’histoire originale 🙂 En tout cas tu as fait une bien jolie chronique, tu donne vraiment envie de le lire 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s