Je m’appelle Budo

budoAuteur : Matthew Dicks

Édition : Flammarion

Nombre de pages : 430

Prix : 15e

Genre : Jeunesse

Aussi longtemps que Max croit en moi, j’existe. Les gens disent que c’est ça qui fait de moi un ami imaginaire. Ce n’est pas vrai : j’ai mes idées et ma vie en dehors de lui. Mais j’étais là le jour où il a disparu. Je sais qu’il est en danger. Et je suis le seul à pouvoir l’aider…

monavis

Wow ! Quel coup de cœur pour ma part.

Dans cette histoire nous retrouvons Max, un petit garçon plein d’imagination. Un petit garçon un peu particulier, différent des autres. En effet, Max ne parle presque pas. Le seul avec qui Max communique c’est Budo, son ami imaginaire depuis 5 ans. Un jour, à l’école, Max disparaît. Budo est le seul témoin de la scène, mais que faire lorsque l’on est imaginaire et que personne ne peut nous voir ? C’est alors seul que Budo décide de retrouver Max. Enfin… seul, pas tout à fait. Budo demandera l’aide d’amis imaginaires d’autres enfants, tous vont faire ce qui est en leurs pouvoirs pour retrouver le petit garçon.

Quelle histoire merveilleuse, touchante, émouvante ! J’ai adoré ce livre, qui est loin d’être un livre comme les autres. Jamais je n’avais lu une telle histoire auparavant. Max, qui est le centre de l’histoire puisqu’il s’agit de le retrouver tout au long du roman, n’est pas le personnage principal. C’est bien Budo que l’on suit du début à la fin. Nous connaissons ses pensées, nous voyons ce qu’il voit, et nous constatons surtout à quel point il tient à Max et à quel point il ferait n’importe quoi pour lui. C’est le lien qui unit Max et Budo qui m’a particulièrement touché et bouleversé. Budo sait qu’il est imaginaire, qu’il ne vivra pas éternellement. Toute son existence repose sur Max.

Max étant un petit garçon très renfermé, Budo est son seul échappatoire, la seule personne en qui il ait réellement confiance. Pendant les aventures horribles que vivra Max dans cette histoire, Budo sera le seul à lui donner confiance en lui, à lui donner la force de faire des choses que peut-être, il n’aurait jamais fait seul.  Budo a besoin de Max, et Max de Budo. C’est une relation tellement belle qui rassemble ces deux personnages très très attachants.

Ce livre a su me faire rire parfois, mais surtout, me faire verser quelques larmes tant l’histoire est superbement racontée. Merci à cet auteur qui a su me toucher avec ses mots et son histoire. Je recommande ce livre à tout le monde sans exception, aux grands comme aux plus petits.

manote

 5/5

 

 » J’ai peut-être besoin de l’imagination de Max pour exister, mais je suis capable aussi d’avoir mes pensées, mes idées et ma vie en dehors de lui. Je suis lié à Max comme un astronaute est lié par des tubes et des câbles à sa navette spatiale. »

Publicités

3 commentaires sur « Je m’appelle Budo »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s